L'Association Katatsumuri est née en 2008 mais l'aventure de Katatsumuri n'a pas débuté en 2008 ! Pour être équitable avec le temps, il faut bien reconnaître que c'est en l'an béni 2006 que la lumière divine s'est posée sur nos têtes encore juvéniles, pour nous intimer l'ordre d'embarquer à bord d'un galion en partance pour le Japon afin d'y livrer bataille, d'y mener ripaille et accessoirement d'y réaliser un bouquin... L'idée était de recueillir des interviews d'artistes rencontrés au coeur de Paris et d'autres à Tokyo et de faire se confronter les cultures. Après les premiers enregistrements sur un magnétophone à cassettes misérable, nous vivons des moments survoltés à imaginer notre futur bébé aux vitrines des grandes librairies parisiennes.


Jean-Michel le photographe et daNIel l'intervieweur débarquent donc à Tokyo début février 2007 avec un carnet d'adresses bien rempli... de trois adresses. Trois personnes japonaises susceptibles de nous aider pour les traductions et aussi pour nous repérer dans l'immense labyrinthe de Tokyo. Nous rencontrons les premiers artistes japonais au hasard des rues et des expos, notre bébé prend des joues, notre exaltation nous donne des ailes et les nuits sont courtes à Shibuya...

Notre bonne étoile toujours elle, a bien voulu mettre sur notre chemin des interprètes efficaces, bénévoles et un peu fous, il faut bien le dire, pour croire à un tel projet... Encore merci Aï, merci Kunihiko !!! Sans vous pour démarrer, nous n'en serions certainement pas là aujourd'hui. Parce qu'il fallait bien trouver quelques mots pour vous expliquer le fond de nos désirs, parce qu'il fallait bien mettre un peu d'ordre dans le fouillis de nos envies, vous nous avez aider à structurer notre pensée et à redéfinir nos exigences. Rencontrer des artistes, bien sûr, mais avant tout conserver un cap.

La quête fut longue et âpre... Premier métro, six heures du matin, Shibuya Station... Le corps fatigué et l'âme usée à monter ou à descendre les innombrables escaliers qui mènent aux bars minuscules lovés dans les immeubles de Shibuya et de Shinjuku, nous poursuivons tout de même notre mission, et lorsque nous détectons un artiste, avec un anglais approximatif, nous tentons d'expliquer un projet inexplicable. il faut croire qu'une étoile veillait quelque part, car les rencontres se sont faites, les lieux, les gens... Bien sûr, magnétiques à l'extrême, Harajuku, Shibuya et Shinjuku nous ont attirés nos premiers pas, comme la lumière du téléviseur les papillons de nuit. Puis d'autres quartiers de Tokyo se sont révélés, Ikebukuro, Tsukiji, Asakusa Bashi, Nishi-Shinagawa, Daïkan Yama, et les mots et les visages emplissaient nos mémoires, ce site n'est peut-être qu'un déversoir d'émotions. La majorité de ces rencontres sont présentées sur ce site et je vous laisse les découvrir !

De toutes ces interviews réalisées entre 2006 et 2008 certaines ne seront pas publiées, faute d'avoir obtenu un accord définitif avec les artistes, il est vrai que le projet initial était bien un livre, ce qui peut paraître plus séduisant convenons-en.

Nous sommes revenus du Japon plein d'énergie. Ensuite nous avons travaillé sur la maquette de notre livre, longtemps, très longtemps, photos et textes rassemblés, dont un texte de fiction que je souhaitais écrire en parallèlle à ces rencontres... Bref un projet quelque peu atypique que nous avons envoyé à des éditeurs parisiens sans succès. Et avec un peu de recul je comprends parfaitement pourquoi.

Ensuite, le temps a passé jusqu'en 2008 où je suis retourné à Tokyo, pour mon plaisir seulement. L'idée du livre mise de côté. Mais ma rencontre avec un journaliste de la NHK me remis le projet en tête. Cet homme animait (et anime toujours) un site web consacré aux rencontres sous forme d'interviews des étrangers vivant à Tokyo. Parler avec lui m'a donné l'idée et l'envie de partager toutes ces interviews qui restaient à dormir dans mes mini cassettes audio et au retour de ce voyage j'ai décidé de me mettre à la création d'un site web. Sans connaissance aucune et avec un logiciel simpliste la première version de Katatsumuri est née en Novembre 2008 avec ... Deux interviews ! Jef Sicard et Yumiko Takeda, deux amis. Il fallu aussi trouver les traductrices japonaises à Paris, demander aux amies des amis de passer des annonces en japonais sur Mixi , et recruter et expliquer le thème du rêve... Sommes-nous vraiment habités par un rêve ? De toute évidence ce projet m'entrainait plus loin que je n'aurais pu l'imaginer...

Photo 1 © Jean-Michel Jarillot : daNIel et Jean-Mi à Koshigaya !
Photos suivantes © daNIel
2 : Jean-Mi et daNIel à Shibuya premiers pas.
3 : à Ginza lors d'un concert de Yumiko Takeda.
4 et 5 : Premier Train 6 heures du mat en rentrant de Shibuya.
6 : avec Aï à Shibuya au J POP Café.
7 : avec Kunihiko à Harajuku.
8 : Jean-Mi et Jef Sicard à Belleville.
9 : daNIel et Levent Beskardes à Paris.
10 et 11 : Koshigaya avec le peintre des Darumas et Kennichi.

KIKOERU
blabla
home
la trace

 

rencontres

 

 

 

 

RETOUR MENU MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

logo kikoeru all rights