SITE WEB TORANO


TORANO SHU
UNE INTERVIEW EXCLUSIVE réalisée par daNIel le 01/03/2007 à Shinjuku

TORANO SHU

SHU TORANO est indéniablement un artiste "possédé" par un univers hors du commun. De sa palette numérique s'échappent griffures et écorchures sur la société japonaise. Visages d'anges, corps désarticulés, ses créatures VEULENT exister sans se soucier des conséquences. Le trait énervé de SHU TORANO donne de la voix à tous ceux qui ne l'osent pas...

SHINJUKU Station, fin d’après-midi, il semblerait qu’une bonne moitié de la planète ce soit donné rendez-vous dans les multiples sous-sols de cette gare… Nos yeux n’arrivent plus à isoler les flots de visages qui nous frôlent… Nous utilisons les mobiles pour nous retrouver, ici c’est indispensable…

TORANO SHU est illustrateur, il utilise la peinture et aussi le dessin sur ordinateur, en apparence ses dessins ne lui ressemblent pas, il est doux et calme, son trait est nerveux et électrique… 

Daniel : En quelques mots comment vous présenteriez-vous ? Etes-vous simplement illustrateur ?

Torano : Avant tout je cherche avec mon travail à exprimer la nature de l’Homme, de l’humain.

Daniel : Avez-vous en tant qu’artiste, le sentiment d’avoir une vie un peu décalée par rapport à la majorité des gens ? Y a t’il une différence entre la vie que vous menez et celle des autres ? Avez-vous le sentiment que cette vie peut vous éloigner des autres gens ?

Torano : Pour moi une vie d’artiste cela n’implique qu’une différence, à la fois dans la quantité et dans les moyens, par rapport à une vie normale. Pour moi la majorité des autres gens sont également des artistes. Il y a quantité de moyens d’expression ! Il n’y a pas de grande différence de vie entre la mienne et celle des autres. Pour moi l’environnement n’est pas très important…

Daniel : Pas important… Est-ce que cela veut dire que vous avez créé votre petit monde bien à vous ?

Torano : Quand je suis dans la rue ou bien à l’université, mon état permanent est d’être artiste, je ne me pose pas de question, le monde autour de moi est tel qu’il est, je vis avec, de façon naturelle.

.......TORANO SHU

Daniel : Seriez-vous effrayé si demain vous deviez vivre une vie différente, aller travailler dans un bureau par exemple, si vous n’aviez pas le choix…

Torano : Créer, exprimer les choses que je porte en moi cela fait entièrement partie de ma vie, c’est cela qui me constitue, donc en pensant à partir de cela, à partir de ce que je suis actuellement, il m’est impossible d’imaginer ce que pourrait être ma vie si je devais travailler tous les jours dans un bureau par exemple. La peur m’empêche d’imaginer une telle vie, une vie avec peu de liberté de création, je ne le peux pas.

Daniel : Mais peur de quoi ?

Torano : Peur de la tristesse d’une telle perspective. Le seul moyen pour moi d’échapper à cette état est de toujours créer. Créer pour exprimer ce que je porte au fond de moi.

Daniel : Pensez-vous que chaque personne sur la planète possède au fond de soi un rêve caché, un rêve à réaliser le temps d’une vie ?

Torano : Oui je pense que tout le monde a des rêves. Mais la plupart des gens veulent faire ceci ou cela, travailler ailleurs, changer de profession etc… Mais à mon avis c’est quand même très rare quelqu’un qui possède UN rêve, un véritable rêve.

torano shu

Daniel : Vous pensez que la plupart des gens ont des désirs et non des rêves ?

Torano : Oui je pense que la plupart des gens expriment des désirs. Il y a une différence entre le désir et le rêve. Pour moi, c’est un peu difficile à exprimer mais le rêve ce serait quelque chose de plus pur, de plus profond. Mon rêve m’envoie des images. Au fur et à mesure que je chemine vers mon rêve, l’image que j’ai de mon rêve change.

Daniel : Pour vous qu’est-ce qu’un artiste ?

Torano : La définition de l’artiste est de créer.

TORANO dessine un schéma sur une feuille de papier : PENSER, SENTIR, VOIR, d’où partent trois flèches orientées vers la CREATION. 

Torano : A partir du moment ou les gens arrivent à exprimer ce qu’ils pensent, ce qu’ils ressentent ou ce qu’ils ont vu, pour moi ils sont artistes, peu importe le moyen par lequel ils s’expriment.

Daniel : Mais toute la planète peut être artiste dans ces conditions ?

Torano : A partir du moment où quelqu’un trouve son propre moyen d’expression, il est artiste.

......................SHU TORANO

Daniel : Pour la majorité des gens, s’ils peuvent exprimer leurs sentiments ce n’est que de temps en temps, ils ne sont pas artistes à plein temps…

Torano : Oui bien sûr, beaucoup de gens travaillent dans des bureaux ou des usines et en rentrant chez eux peut-être qu’ils deviennent artistes pour un court moment. J’ai moi-même connu cela puisque j’ai déjà travaillé dans une usine.

Daniel : Grâce à votre travail actuel, vos peintures, vos dessins sur ordinateur, avez-vous l’envie de provoquer quelque chose dans la tête des gens qui vont regarder vos œuvres ? Avez-vous le souhait d’influencer leur façon de penser ?

Torano : Je dessine avant tout pour moi, c’est un besoin d’expression qui est en moi, je ne fais pas de dessin pour un public. Mais je pense que je serais heureux que mes œuvres influencent les gens.

Daniel : Vous seriez content que vos dessins influencent les gens mais c’est à dire ? Dans quel sens ? Leur donner plus de joie ?

Torano : Même si une personne qui regarde mes dessins n’en ressent pas spécialement de joie, ou de positif, même si mes dessins provoquent de la peur chez elle, je pense que c’est tout de même important et favorable.

........torano shu

Daniel : Pour vous ce qui est le plus important est de toucher, ne pas laisser indifférent. C’est un peu un désir de réveiller les gens ?

Torano : Si mes dessins peuvent réveiller chez quelqu’un, soit le rêve ou soit le désir alors c’est bien, j’en suis heureux.

Daniel : Ici on est à Tokyo, il y a du bruit partout, des lumières aussi. Avez-vous besoin de silence pour créer ? Est-ce que le manque de silence rend triste ?

Torano : Pour moi qui suis né ici, c’est un univers auquel je suis habitué, le bruit, la musique, les lumières, ça ne m’empêche pas de créer, j’ai besoin de cela.

Daniel : Mais pour quelqu’un qui n’est pas artiste de métier ?

Torano : La plupart des Japonais vivent dans le bruit, c’est normal, ce n’est pas difficile pour nous de vivre à Tokyo.

Daniel : Aimeriez-vous vivre en pleine campagne loin de Tokyo ?

Torano : Pour créer et exprimer les choses le meilleur lieu pour moi c’est Tokyo. Pour ressourcer mon imagination par contre j’ai besoin de la nature.
En vivant à Tokyo je peux rencontrer beaucoup de gens, vous par exemple ! Si j’habitais dans une autre ville le potentiel de rencontres diminuerait de même que le nombre de lieux d’expression et d’exposition qui est ici plus important qu’ailleurs.

SHU TORANO

TRADUCTION JAPONAISE : HARUMI SUZUKI

La rencontre avec TORANO SHU s’est dérouléeà SHINJUKU le 01/03/2007.
L’entretien a été enregistré en français avec la traduction de KUNIHIKO TAKANO,
Le texte présenté sur le site a été entièrement re-traduit en japonais par HARUMI SUZUKI
et validé par l’artiste.

PHOTOS © SHU TORANO

KIKOERU
NIHONGO NIHONGO
VERSION FRANCAISE
TORANO SHU
la trace