KIKOERU
SALARYMAN PROJECT
Photos © Bruno QUINQUET

 

Le Bureau d'Etudes Japonaises

Depuis 2007, le Bureau d'Etudes Japonaises s'investit dans une étude photographique de la ville de Tokyo. Nous nous efforcons de rendre nos archives accessibles en ligne et produisons sur d'autres supports lorsque cela s'avère nécéssaire. Nos domaines d'intérêt couvrent entre autres l'urbanisme, la sociologie et la botanique. Notre approche est un cocktail de recherche appliquée, de poésie empirique et de rationalisme intuitif. Le Bureau d'Etudes Japonaises s'engage à maintenir une subjectivité de haute tenue dans l'ensemble de ses recherches.
Bruno Quinquet.

Bureau d'Etudes Japonaises 研究所(ビューローデチュードジャポネーズけんきゅうじょ)は、東京で設立された日本学研究所です。写真を使って、都市計画や社会学や都市植物学などを主観的に研究しております。ブルノ・カンケ所長

 

SALARYMAN PROJECT

 

Le Salaryman Project サラリーマンプロジェクト

Le Salaryman Project poursuit une double mission. D'une part, il explore les codes de la masculinité et de la normalité dans l'univers des travailleurs de bureau Tokyoïtes. D'autre part, il guette le sens de la saison dans la capitale japonaise. Pour tenter de s'adapter aux contraintes grandissantes que le droit à l'image impose à la photographie candide, les visages sont masqués. En conséquence de cette approche, mystère et poésie semblent fleurir autour du monde de l'entreprise.

"Un projet fascinant (...) à mi-chemin entre photographie de rue documentaire et art conceptuel"
Bill Kouwenhoven, HotShoe Magazine UK.

"...comme par enchantement, dans le travail de Bruno Quinquet, ces hommes se métamorphosent en de fascinantes apparitions" Kotaro Iizawa, critique de photographie.

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

SALARYMAN PROJECT

KIKOERU ? remercie chaleureusement Bruno QUINQUET et le Bureau d'Etudes Japonaises pour leur collaboration.
+ d'informations sur le site officiel :

http://www.brunoquinquet.com

A lire aussi une interview exclusive de Bruno Quinquet dans les pages de Kikoeru ?

logo katatsumuri 2014