MURAGUCHI SUSUMU
UNE INTERVIEW EXCLUSIVE réalisée par daNIel le s'est déroulé le 22/09/2009 à Tokyo Ogikubo au Pub ROKUJIGEN.

RENCONTRE INTIMISTE, DANS LA DOUCEUR DU PUB ROKUJIGEN A OGIKUBO … MONSIEUR MURAGUCHI EST PIANISTE ET PHOTOGRAPHE, IL NOUS OFFRE SES REFLEXIONS POUR NOUS AIDER A PROGRESSER SUR LE CHEMIN DE NOTRE REVE.

MURAGUCHI SUSUMU

Daniel : Monsieur MURAGUCHI, vous êtes un artiste aux multiples facettes, comment aimeriez-vous vous présenter en quelques mots ?

MURAGUCHI-SAN : Je pratique la médecine chinoise et l’acupuncture. Je suis également pianiste, principalement pianiste de jazz et j’ai aussi une passion pour la photographie.

Daniel : Je regarde vos photographies et une première question me vient à l’esprit : A qui faites-vous confiance pour choisir parmi toutes vos photos, celles qui peuvent être montrées et exposées ?

Muraguchi : Un de mes amis m’apporte son concours pour m’aider à faire une sélection parmi mes photos.

Daniel: Est-ce que vous demandez à un ami d’exprimer ce qu’il ressent en regardant vos photos ? Vous lui demandez son avis ?

Muraguchi : Lorsque je prends les photos je suis absolument seul et sans l’aide de personne. C’est seulement ensuite que je demande des commentaires.

Daniel : Et quelles genre de questions lui posez-vous ?

Muraguchi : Je suis aveugle et évidemment je ne peux rien dire sur le résultat d’une photo, je ne peux dire COMMENT est cette photo. Par contre, je peux dire POURQUOI j’ai pris cette photo. Et lorsque quelqu’un m’apporte ses commentaires, il peut m’apprendre beaucoup de choses sur mes photos.

Daniel : Je comprends, mais je suppose que pour sélectionner vos photos en vue d’une exposition, il vous faut faire un choix. Est-ce que vous donnez votre confiance totale à quelqu’un qui va décider quelles sont les meilleures photos, ou bien avez-vous une exigence, un critère que vous lui imposez dans son choix ?

Muraguchi: Je ne vois pas les photos mais je me souviens du moment où j’ai pris chaque photo. Mon ami me propose une sélection de mes photos et parmi ces photos je choisis celles que je veux exposer.

MURAGUCHI SUSUMU

Daniel : Le thème de toutes mes interviews est le même pour tous les artistes que je rencontre… Il s’agit du thème du « rêve » que chacun d’entre nous porte au fond de soi… Mais peut-être n’êtes-vous pas d’accord avec cette proposition ? Pensez-vous que chaque personne possède au fond d’elle un rêve et un seul rêve unique à réaliser dans sa vie ?

Muraguchi : Je pense que chacun a plusieurs rêves au fond de soi.

Daniel : Les moyens d’expression qui sont les vôtres, la musique, la photographie, sont-ils les meilleurs pour réaliser les rêves qui sont en vous ?

Muraguchi : Je n’ai jamais pensé que prendre des photographies ou bien jouer de la musique m’aiderait à réaliser mes rêves… Je ne pense pas ainsi. D’une façon générale, je m’amuse avec la musique et avec les photos. Et c’est en m’amusant que je retrouve mes rêves.

Daniel : Pensez-vous que nous sommes obligé d’utiliser des pratiques artistiques pour pouvoir nous connecter à notre propre cœur ? N’y a t’il que les artistes qui aient la possibilité d’avoir un vrai contact avec eux-mêmes ?

Muraguchi : Pour moi, l’art est le seul moyen de me connecter à mon rêve.

..............MURAGUCHI SUSUMU

Daniel : Mais d’une façon plus générale, c’est à dire pour tout le monde, l’art est-il le seul moyen d’être connecté à soi-même ?

Muraguchi : Non, non, je ne crois pas. Il existe d’autres moyens. Dans mon cas, bien sûr, l’art est primordial, mais c’est aussi parce que j’ai une certaine liberté vis à vis de l’argent. Je joue de la musique ou je prends des photos pour donner du plaisir aux autres ou susciter leurs réactions, leurs commentaires, c’est ce qui me motive. Par contre, la majorité des gens ont pour priorité de gagner leur vie, c’est très différent mais il existe d’autres moyens de se connecter à soi-même.

Daniel : Donc, pas besoin d’être un artiste pour trouver son chemin ?

Muraguchi : Il m‘est difficile de parler pour les autres ! Je n’aime pas généraliser.

Daniel : Moi je vais faire une généralité : J’ai le sentiment que si l’on veut se réaliser, s’approcher de soi-même le plus possible, si l’on veut réaliser sa vie, il faut avant tout refuser de se mentir à soi-même. Il faut être honnête avec soi-même. J’aimerais savoir ce que veut dire « être honnête avec soi-même » pour vous ?

Muraguchi : En ce qui me concerne, c’est lorsque je cesse de penser aux réactions que mon travail va provoquer chez les autres, que je suis le plus sincère avec moi-même. Je veux jouer de la musique ou prendre des photos sans avoir conscience d’un résultat qui pourrait éventuellement plaire aux autres !

Daniel : Dans ce cas, pensez-vous, qu’il existe des artistes qui sont moins honnêtes que d’autres ?

Muraguchi : Tout à fait ! Mais je ne veux pas critiquer les artistes moins honnêtes ! Parce qu’il nous faut bien gagner de l’argent pour vivre ! Le travail nous oblige en quelque sorte à être malhonnête !!

Daniel : Les contraintes matérielles nous obligent à être menteurs !

Muraguchi : Oui c’est normal.

..............MURAGUCHI SUSUMU

Daniel : C’est très intéressant, donc on peut dire que les artistes qui veulent absolument rester honnêtes envers eux-mêmes ne trouveront pas suffisamment de public ou de clients pour pouvoir vivre… Est-ce qu’on peut affirmer que le grand public n’est pas vraiment en recherche d’honnêteté ?

Muraguchi : Tout à fait. Le grand public ne demande pas à l’artiste d’être honnête.

Daniel : Pensez-vous que l’artiste porte la responsabilité du travail qu’il va montrer au monde ? C’est à dire, est-il responsable des effets que son travail va produire sur le monde ?

Muraguchi : Il est très difficile de dire quelle est la limite de ma responsabilité en tant qu’artiste. Une fois que le public ou le client s’empare de l’œuvre, elle lui appartient.

Daniel : Pour vous, quelle est la définition d’un être humain vraiment vivant ?

Muraguchi : Mmmm…. C’est très difficile à définir et peut-être même impossible…. Pour moi, c’est plutôt quelqu’un qui trouve des petits plaisirs dans sa vie même lorsque la situation est difficile.

Daniel : C’est intéressant, chaque artiste a sa définition !

Muraguchi : Il est difficile de définir ce concept en une seule image !!

Daniel : C’est vrai, mais cette question permet de parler ! (rire) Quels sont les artistes qui vous ont le plus inspirés, en musique et aussi en photo ?

Muraguchi : Il y en a beaucoup !! Mais tout d’abord mon Maître de piano lorsque j’avais trois ans ! Elle m’a enseigné que jouer de la musique est comme peindre avec des sons. D’une façon générale, j’aime les pianistes qui jouent de l’improvisation.

Daniel : Pour la photo, avez-vous des échanges avec d’autres photographes ?

Muraguchi : Je ne peux pas voir le travail des autres photographes ! Mais eux peuvent voir mes photos lorsque j’expose et parfois ils disent qu’ils aimeraient bien prendre des photos avec autant de liberté ! Un photographe a demandé : Mr MURAGUCHI est-il vraiment aveugle ?

Daniel : C’est une très bonne conclusion ! (rires) Merci beaucoup.

L'entretien avec Mr MURAGUCHI Susumu s'est déroulé le 22/09/2009
à Tokyo Ogikubo au Pub ROKUJIGEN
: http://www.6jigen.com/

Interprète pendant l'interview : Mle OKADA Yoshiko

Traduction japonaise finale : Mle SUZUKI Harumi

Photos : MURAGUCHI Susumu

SPECIAL THANKS FOR ROKUJIGEN PUB IN OGIKUBO

 

 

LOGO KIKOERU
VERSION FRANCAISE
NIHONGO NIHONGO
la trace